logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

27/08/2006

blague a part

Une histoire de pissssss.

Dans les mines, les maisons sont cote à cote, on appelle cela des corons,
On voit ce qui se passe dans le jardin du voisin.
Un jour, le voisin aperçoit que son proche voisin a sur son fil de fer, des couches à sécher, vous savez les triangles que nous avons très bien connus.
Il dit alors... Joseph « ta un tio gosses at’maison » ? Tu as un petit enfant a la maison ?
Nan lui répond Joseph un peu ennuyé, je vais te le dire mais t’en parle à personne, mais je pisse au lit et les couches que tu vois ce sont les miennes.
Ha ! T’en a parler au médecin ?
Oui bien sur, mais il a dit que c’est dans ma tête.
Attend ma fille fais des études la dedans je vais lui demander, il revient peu de temps après avec un papier dans la main,
Voilà ma fille dit qu’il ne faut pas que tu reste comme ça, faut que tu vois un « pisss...cologue »voilà une adresse tu peux y aller de sa part.
15 jours plus tard les couches sont toujours sur le fil de fer.Alors Joseph « ché toudis parel »
C’est toujours pareil…. Ben ouais ! !
Attend, ma fille elle est la je vais la voir…..
Il revient avec toujours un billet dans la main, ma fille dit faut que tu voies. »Un « pisss....quiatre ».
15 jours se passe et toujours le fil de fer remplis de couches…..
Le voisin n’ose plus trop lui demander, mais quand même.....alors pas d’amélioration ?
Eh non.
Attend ma fille…. Il revient avec toujours le papier.il faut que tu voies un « pissssss....canaliste »
Re 15 jours, toujours les mêmes symptômes sur le fil de fer……mais quelques choses a changé, le Joseph et en forme, il rie, chante ,siffle…..
Alors té pas guéri, je le vois aux couches, et alors dit moi.
Suis guéri, je pisse cor au lit mais maintenant il mon guéri car je m’en fou.......

12:50 Publié dans humour | Lien permanent | Commentaires (5)

25/08/2006

arnaque

ARNAQUE
J'ignore si beaucoup parmi vous font leurs courses chez Carrefour mais
ceci pourrait vous être utile.

Je vous envoie ceci pour vous prévenir d'une mésaventure qui m'est
arrivée, étant donné que j'ai été la victime d'une arnaque alors que je
faisais
mes courses.

Ceci s'est produit au Carrefour Auteuil, et peut vous arriver !

Voici comment cela fonctionne : deux superbes jeunes filles vous
abordent alors que vous rangez vos courses dans le coffre de votre
voiture. Elles commencent par frotter votre pare-brise avec une éponge
et du produit nettoyant, leur poitrine sortant littéralement de leur
petit T-shirt. Il est presque impossible de ne pas y prêter attention.
Alors que vous les remerciez et leur offrez un pourboire, elles le
refusent et vous demandent à la place de les conduire dans un autre centre
Carrefour.


Vous acceptez et elles montent à l'arrière de votre voiture. En chemin,
elles commencent à faire l'amour ensemble. L'une d'elles grimpe ensuite
sur le siège passager et s'adonne à une fellation avec vous, pendant que
l'autre vole votre portefeuille !

Soyez donc vigilants ! Ceci peut vous arriver aussi ...


On m'a ainsi volé le mien vendredi dernier, samedi, deux fois dimanche,
encore une fois mardi et à nouveau hier soir et j'y retourne demain...

20:45 Publié dans humour | Lien permanent | Commentaires (7)

commentaire

Un peu d’explication.
J’avais ouvert un blog, sur MSN et j’avais raconté, la catastrophe, mes premiers pas a la mine etc.
Le récit que j’y avais fait n’avait hélas intéresser que 3 blogueurs, et j’avais reçu de leur part des com comme ils appellent ça .
J’étais rester sur ma faim, et je me suis dit à quoi bon ?
J’ai récidivé avec le blog50, et la tenais vous bien, je ne sais si c’est coutumier mais j’ai reçu pas mal d’encouragement.
J’ai reçu les premiers jours de mon arriver sur blog50, 27 visiteurs dont quelque un mon laisser des messages encourageants.
Ça devait continuer puisqu’en continuant mon récit tous les jours j’ai eu des visiteurs en plus grand nombre et j’en suis d’après les stat de blog50 a 280 visiteurs, inespéré que je me dis ?
Et je ne sais maintenant comment remercié ceux qui ont laissé des commentaires très réconfortants.
C’est vrai que je m’adressais à un public d’un autre genre, je m’adressais à des gens de mon temps "de notre temps"c’est une grande famille, et ont me l’avait dit en arrivant tu va te sentir bien et je le suis puisque je me fais un plaisir à raconter.
Je vais donc continuer, j’avoue que je n’ai pas bien l’habitude de ce blog et il y a encore des choses que je ne connais pas, mais ça viendras.
Ça me permet aussi de voir vos blogs ,
Encore merci a vous tous, chers amis de « notre temps »
J’ai réveillé des souvenirs chez certains qui connaissaient la mine et je leur remercie de leur ajoute de commentaires.
Aller on continue
Marcel

13:24 Publié dans la mine | Lien permanent | Commentaires (5)

24/08/2006

La mine ses métiers



medium_la_mine_2.2.jpg

Le boiseur , "Apres avoir extrait le charbon le mineur devait se protéger en mettant des bois de soutènement


medium_la_mine3.3.jpg


Le briquet "Casse croute "

medium_la_mine4.2.jpg


Le meneux bidets "conducteur de chevaux

medium_la_mine_5.2.jpg

les trieusesque l'on appellais les Marie gaillette

18:42 Publié dans la mine | Lien permanent | Commentaires (8)

22/08/2006

la lampe détaillée

>

Le réservoir, le plein était fait de benzine. On aperçoit l’allumeur qui servait à rallumer la lampe si elle s’était éteinte. Par la suite on a supprimé cet allumeur, en effet si la lampe s’est éteinte c’est qu’il y avait eu danger et on ne devait pas pouvoir la rallumer, si par contre la lampe était éteinte par un incident, on devait aller en chercher une autre auprès du porteur de feu, galibot qui avait en charge une caisse de 3 lampes de rechanges.


La protection du verre, par des barreaux.



Le verre baccarat très résistant.et les joints d’amiante

les deux tamis


Le couvercle et son crochet

14:03 Publié dans la mine | Lien permanent | Commentaires (3)

20/08/2006

suite et fin


Dans tout le bassin l’action des mineurs est très actives, la grève se poursuit les temps sont de plus en plus dur.
La direction ne veut rien lâcher, et les mineurs non plus.
Les mines sont partagées en plusieurs concessions, et les accords individuels sont plus faciles à obtenir, les actions des dirigeants des concessions permettent des accords qui vont permettre de briser la grève.
Du coté de Marle les Mines, les mineurs apprennent qu’ils ont obtenu 7,24 francs, et que le travail reprend.
Le 2 mai, la reprise est générale, et dans certain siège les revendications n’ont pas aboutit
Il y a eu 60 jours de grève.
Que sont devenus les rescapés, on les a invités un peu partout, a Paris, a Biarritz, dans les bureaux des journaux pour raconter leur péripétie.
Certain ne descendrons plus a la mine.
Que deviendrons les veuves, les orphelins ?
La mine a laissé des traces, des blessures, la sécurité a été renforcée.
Par la suite, il y a eu encore bien des coups de grisou, bien moins meurtrier, mais qui ont fait bien des victimes. et beaucoup trop de victime.
Si j’ai raconté cette histoire en ce jour des 100 ans de mémoire, c’est que cette histoire me touche beaucoup, mes parents l’ont vécu, bien que nous somme une famille de mineurs, personne n’a été touché par cette catastrophe, mais mes parents me l’ont raconté souvent, et avec bien d’autres détails.
Nous avons sans doute eu dans notre entourage des parentés, qui ont été touchés par cette tragédie.
Cela n'a pas empêché, a notre famille de continuer à descendre au fond, mon père et mes frères, étaient mineurs, et moi-même dernier d’une famille de 7 garçons.
Je suis descendu, en 1951 a l’age de 15 ans a la fosse 13 de Sallaumines, pas loin des fosses ou a eu cette terrible tragédie.
Mais c’est en voyant mon père, mourir dans d’atroce souffrance de la silicose, de voir la santé de mes frères en constante dégradation, que j’ai jugé bon après y avoir passé 9 ans et avec l’accord de mon épouse, de quitter la mine en 1960.

13:35 Publié dans la mine | Lien permanent | Commentaires (2)

suite catastrophe

L’accablant chiffre.

A la fosse 2 de Billy-Montigny : sur un effectif de 517 mineurs
353 seront sauvés
164 disparus
A la fosse 3 de Méricourt sur un effectif de : 482 mineurs
40 seront sauvés
442 disparus
A la fosse 4 de Sallaumines sur un effectif de : 665
160 sauvés
505 disparus.

9000 mineurs stop le travail, ils ne veulent plus descendre dans ses conditions
Ils réclament un meilleur salaire, une meilleure sécurité.
Leurs revendications sont légitimes, ils demandent le 4x 8
8 heures de travail, 8 heures de repos, 8 heures de sommeil, 8 francs de salaires
Leur salaire est de, 4,80 francs, il réclame une augmentation de 15 %, une prime de 30 %, leur salaire serais de 7 francs 18.
La direction, considère que c’est impossible.
Le mouvement s’étend à d’autres puits du département, 42.000 mineurs sont en grève.
Le 19 mars on compte 46.000 grévistes.
Le ministre de l’intérieur, Clemenceau se déplace prend la parole et annonce que le droit de grève sera respecter, mais il demande également de respecter le droit au travail.
Les mineurs crient vive la grève.
La grève se durcit, elle s’étend à tout le département, 90.000 mineurs sont maintenant en grève.
La chasse au non-gréviste, va être dure, la troupe accompagne les non-gréviste, leurs logements seront dégrader, il y aura des actions punitives envers les non-gréviste.
Un mineur non-gréviste tire sur les mineurs venus dégrader sa maison.
Des renforts de troupes sont demander.
Ont fait des barricades.
Les discutions continus, la direction propose des compensations, mais pas celle réclamer par les mineurs.
Un référendum est lancer pour demander l’avis des mineurs de continuer la grève.
Sur le département du pas de calais 60 % et sur le Nord 67 % se prononce pour continuer la grève.
Clemenceau propose 6.71 francs, les mineurs n’acceptent pas.
A suivre.

08:06 Publié dans la mine | Lien permanent | Commentaires (0)

19/08/2006

suite, la catastrophe

Le miracle

Le 30 mars, un crie vient de surgir du fond du puits, il y a des « récapers »
Ce nom inconnu du dictionnaire, « réchapper « « récaper » et enfin « rescaper » deviendra un nouveau mot à partir de cet événement.
13 mineurs arrivent à l’accrochage, ils titubent, ne voit plus clair, ils ont survécus à la famine.
Tout le monde court, ont veut les voir c’est peut être un des miens, 2000 personnes se rassembles aux abords du puits.
Ce sont Boursier-Castel-Coupet-Danglot-Dubois-Lefevre-Martin-Neny-Noiret-Pruvost Charles- Pruvost Anselme –Van Oudenhove -Wontier
Les journalistes accourent pour recevoir leurs commentaires, comment ont-ils pu survivre dans ses conditions, 20 jours et 20 nuits.
Un des rescapés, se montre plus hardi que les autres c’est Nény, il parle bien s’exprime bien, il est entouré des journalistes qui l’écoutent.
C’est un vantard, il ne fait que raconter que ses grâces a lui que les autres ont été sauvés, alors que ses copains disent le contraire, il a été toujours a la traîne, c’est Pruvost qui grâce à lui, ont pu trouver de quoi survivre.
Nény sera décorer de la légion d’honneur, le ministre qui est venu le décorer avait eu vent de ce vantard, il avait pris deux médailles, et quand il a voulu décorer Nény, celui ci dit, cette médaille revient plutôt a Pruvost, c’est grâce à lui que nous avons été sauvés.
Pruvots sera décoré aussi.
Comment ont-ils survécus ?
Un groupe de mineurs puis un autre groupe se sont rencontrés, ils décidèrent de rester ensemble, et a tâtons, par mis les débris, les cadavres, on bus leurs urines, essayer de se repérer, dans les galeries, les éboulements.
Ils ont rencontré un cheval qui lui aussi était rescapé, le cheval a été tué, et manger sa chair pour survivre.
Leur récit est émouvant, le petit Pruvots est blesser à la figure il souffre, ils se sont aider moralement, par moment ils étaient atteints de délire de par ce qu’ils buvaient, l’eau qu’il trouvait dans les flaques d’eau était putréfier.
Leurs festins étaient à son comble quand ils ont trouvé à l’écurie de l’avoine à manger.
Ses rescapés ont redonné de l’espoir, et le 4 avril un autre rescapé est retrouvé, il a survécu en mangeant les casses croûtes sur les cadavres.
Les recherches vont s’accentuer, ont ne retrouveras plus personnes.
Quarante jours après la catastrophe on remontera encore des cadavres.
Le chiffre de 1099 morts est arrêter.
A suivre…………..

16:44 Publié dans la mine | Lien permanent | Commentaires (0)

suite catastrophe

La réparation des puits endommagés est nécessaire, il faut augmenter la circulation d’air pour ventiler les galeries.
Ceux qui arrivent à descendre, remonte complètement bouleverser, leur visage montre le désarroi et l’ampleur de la catastrophe.
Des corps sont enchevêtrer, calciner, mélanger au cadavre des chevaux, des poutrelles, de ferraille, et autre matériel.
On n’ose annoncer le nombre de victimes. On parle de 500 morts.
Le feu vient de reprendre dans une des galeries, on appelle en renfort les pompiers de Paris.
Les Allemands bien que les rapports soient très distant propose de venir aider, avec leur matériel très sophistiquer de respiration.
Ils arrivent, et leurs habits militaires font peur a l’ensemble de la population.
Leurs aides, très efficaces, permettent d’avancer plus loin dans les endroits qui jusque maintenant étaient inaccessibles.
Ont remonte les cadavres.
On ne peut faire vraiment l’inventaire des absents, des mineurs sont rentrer directement chez eux.
La foule devant les puits de mines est de plus en plus pesantes, dés qu’un mineur remonte, on le questionne, on veut savoir.
Bien qu’il fasse très froid, femmes et enfants vont attendre, avec l’espoir de voir remonter le père, le frère, le fils.
On avance le nombre de plus de mille morts.
La foule est menaçante, le préfet demande des renforts.
Le 13 mars se sera le début des funérailles, on va enterrer les premiers cercueils des quelques victimes, a Méricourt sur 17 cercueils seul 3 ont des noms, les autres portent les inscriptions inconnues.
Ont arrive à reconnaître les corps par de petits détails tel qu’un lacet de chaussures.
On creuse une fosse commune que l’on rebouchera partiellement, en attente d’autres corps.
Le Médecin des mines demande a ce que l’on ne reconnaisse plus les corps de peur d’une épidémie.
Au cours des cérémonies, des discours sont prononcer par les délégués mineurs qui mettent en causes les houillères, des cris hostiles à l’encontre des responsables sont lancés.
A suivre.

07:20 Publié dans la mine | Lien permanent | Commentaires (3)

18/08/2006

La catastrophe de courrieres

10 mars 1906

Aux puits de la fosse de 4 de Méricourt sous Lens, un incendie s’est déclarer, qui inquiète beaucoup les responsables.

On ne connaît pas les risques du grisou, les mineurs ont des lampes a flammes nues, il n’est pas interdit de fumer.

Pour éteindre les feux une solution est envisager, faire des barrages, colmater par des murs, les feux existant.

Par le manque d’oxygène, le feu devrait s’éteindre tout seul, plusieurs barrages sont installer aux entrées des galeries menant à ses feux.

Les ingénieurs n’interdisent pas la descente, malgré le danger existant.
A 6 h 00 les mineurs descendent prendre leurs postes de travail aux différents endroits de la mine.

6 h 34, l’explosion a lieu on l’entend à 10 km a la ronde, 110 km de galerie vont être anéantis, en seulement 2 minutes.

L’explosion a atteint d’autre puits, les plus proches ou sont destiné le retour d’air.

L’explosion s’est fait entendre dans les quartiers des habitations, les habitants se regroupent, essaye de savoir.

Un premier télégramme arrive sur le bureau du préfet, une explosion vient d’avoir lieu au puits 4 de Méricourt, il y aurait plusieurs victimes.

Au ministère de l’intérieur, on avance le chiffre de 100 victimes.
Les chiffres vont sans cesse évoluer.

La colère gronde aux grilles des puits, on veut savoir, on met en cause la direction, pourquoi avait ont donné l’ordre de descendre.

Par sécurité et par peur la direction demande l’aide des troupes pour maintenir la foule qui est de plus en plus pressente.

Des sauveteurs descendent et ne remonteront pas, asphyxier par les gaz et la fumée. Les puits sont obstruer par les débris, les cages ont été projeter.
…………………

21:20 Publié dans la mine | Lien permanent | Commentaires (1)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique