logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

31/03/2007

mon séjour au triage

Mon séjour au triage

Je suis rester comme cela, 6 mois au triage, j’avais mes 14 ans et demi, gringalet pas très costaud et petit a petit je devenais l’ancien, puisqu’il y avait un roulement, et les plus anciens descendait au fond et laissait la place a de nouveau arrivant.
C’était à mon tour de leur faire passer la visite, avec l’aide, bien sur, des autres.
Le roulement au tapis, changeait, le surveillant savait faire changer de place, il y avait la grosse (tapis roulant métallique sur lequel arrivait le charbon)cette grosse toile véhiculait les plus grosses gaillettes, on ne pouvait les soulever, il fallait les pousser, le tapis se partageait en deux et les gaillettes étaient ainsi trier.
La grosse toile c’était du repos, il n’y avait pas beaucoup de grosse gaillette qui y sortait, et bien souvent on était seul a ce poste.
De voir ce charbon, ça tentait d’en ramener à la maison, la qualité de celui que l’on recevait était tellement médiocre que pour l’allumé ont aurait bien besoin de ses grosses gaillette.
Mais c’était strictement interdit, il y avait des fouilles des gardes des mines qui surveillait la sortie des mineurs, et si on se faisait prendre avec des gaillettes dans sa musette c’était des amendes que l’on trouvait en retenu sur sa fiche de paye.
J’avais ramené ma première paye a la maison est tout donner à ma mère, j’avais pu obtenir mon premier dimanche (mon argent de poche), j’allais pouvoir m’acheter mes cigarettes, aller au cinéma.
Cependant, un tournant dans ma vie allait changer, j’ai fait connaissance par mon cousin Michel, d’un mouvement de jeunes, La J.O.C.(jeunesse, ouvrière chrétienne.)
Je n’avais plus été à la messe depuis ma communion, mais j’ai connu d’autres jeunes de mon age et la réflexion que l’on avait à ce mouvement me plaisait.
Il y avait un abbé qu'ont appelait, père Francis, très exigeant, qui savait nous faire découvrir, la valeur humaine et le respect de la personne.
On allait faire de moi, quelqu’un ; et j’en ai pris conscience.
On ma nommer trésorier, c’était pour moi une responsabilité énorme, je n’avais jamais été à la poste, poster un mandat, j’étais responsable des journaux, et j’ai du me surpasser.
Et petit a petit, les responsabilités je n’avais plus peur de les prendre, je suis devenu responsable départemental, et je puis dire à l’heure actuelle que tout ce que j’ai appris par ce mouvement de jeunes ma servi pour ma carrière professionnelle.
La mine savait préparer ses mineurs, il y avait un centre d’apprentissage a Fouquières les Lens près de la fosse 23, véritable mine image, ont avait reconstitué des galeries en béton, et tout y était rassemblé pour apprendre ce métier.
Ont y allait régulièrement, ont restaient 15 jours apprendre le B a BA du métier, apprendre à boiser, la sécurité était importante, il y avait tellement de blesser au fond que le geste à ne pas faire nous était appris.
C’est la qu'ont allait nous montrer ce qu’était un coup de grisous et un coup de poussière.
J’allais plus tard obtenir le C.A.P mineur, est oui ça existe.
J’aimais y aller, c’était pour nous des vacances loin du bruit du triage et de la poussière, en plus j’apprenais, pas seulement le métier, mais tout ce qu’il y avait autour du métier de mineur, il y avait de bon prof, des anciens mineurs devenus enseignant soit par blessure soit par maladie qu'ont appelait improductif, il y avait aussi de vrai prof de Français et de calcul.
Mes 15 ans approchait et l’échéance de mon passage au triage allait approcher, j’allais et sentait venir que bientôt on allait me dire……. Demain tu descends….

08:17 Publié dans la mine | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

je viens de rattraper mon retard de lecture et d'enregistrer le tout, c'est un formidable doc.je te le redis encore et encore,
merci Marcel, bonne fin de semaine, Framboisine

Écrit par : framboisine | 31/03/2007

Oui, Framboisie a raison et je te dis comme à Pierloum, il faut iditer celà.
Je l'ai fait moi, avec les souvenirs d'une petite parisienne, qui est un témoignage de la vie dans un village rural en 1950.
Un simple document édité à l'ordi et relié par barette, s'il est déposé à la Bibliothèque nationale sert de référence pour l'histoire sociale de notre pays.
C'est ainsi que mon petit livre est parti dans une université des Etats Unis...pense y, c'est tellement important ce que tu nous raconte là. C'est celà l' Archéologie Sociale et le devoir de mémoire.

Écrit par : Anne-Marie | 31/03/2007

Bonjour

Très beau et intéressant récit sur le sujet des mineurs.
Merci de nous raconter votre histoire.
J'attends la suite.

Bon samedi.
Amicalement

Écrit par : sylvie | 31/03/2007

bien sur qu'il faut tout raconter et le garder avec une plaquette c'est très important la France garde aussi mémoire de ces archives privées avec le C N R S je peux vous procurer l' adresse par mon frère chercheur lui même il milite pour la recolte et la conservation de tous ces récits - vive la Joc je suis une ancienne de le J i c f - même mouvement amitiés Astrée

Écrit par : ngeorges2 | 31/03/2007

bravo pour cette vie des mineurs .J'ai découvert le blog il y a peu et je ne connaissais pas la vie de la mine.
je connais un peu le Pas de Calais (vacances à Wimereux) et cette région m'a beaucoup plu.On attend la suite.
A bientôt

Écrit par : Allier-née | 31/03/2007

Bonjour,

Une belle expérience, avec le passage à un homme solide, dans le calme de la formation bien faite. Aujourd'hui, nos jeunes veullent aller vite, et il faut le temps de mûrir !!

Si tu as de la place sur ton ordinateur, conserve tes billets et fais une copie en double pour la sauvegarde . Un jour, quand tu auras raconté ce que tu as vécu, ton récit prendra une grande place dans ta famille.

Amitiés du grillon.

Écrit par : christian | 31/03/2007

Oui le 23 était un centre de formation des galibots non seulement on les apprenait a boiser amis ils apprenaient pour certain a lire et a écrire a faire du calcul .Mon père a été dans les année 50 60 moniteur a la formation professionnel au 23 et il était heureux quand ses galibots le quittait et qu'ils savaient lire écrire et calculer même un peu
a+++
http://fouquiereschf.free.fr/

Écrit par : BOURDON | 22/12/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique