logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

07/03/2007

les corons

medium_coron2.JPG
Oui bien sur, comme le dit Christian, c’est un coron de luxe, peut être mais il faut avoir des photos d’époque.
Mais je me souviens que certains corons et certaines maisons étaient coquettes, et chacun s’affairait à la rendre très accueillantes.
Il y avait aussi les camps, italiens, belges, marocains, la c’était des baraquements, et leurs concentrations dans ses camps relevaient de l’inhumain.
Quand je me suis marié, je suis resté à ce que l’on appelait « en double ménage », soit ont restait à deux foyers dans la même maison ou, alors avec les parents en attendant d’avoir un logement.
Ce fut ma chance, je n’étais pas loger par les houillères, je suis rester en cohabitation chez mes beaux-parents, avec les problèmes de cohabitations que cela occasionnait.
Je pouvais entreprendre de faire les démarches pour quitter ce métier, qui me plaisait mais qui offrais tant d’insécurité, et menaçait ma santé.
Mais voilà pour quitter cette organisation ou, tout est fait pour pas que le mineur ne s’en aille pas, le paternalisme dont tout cela était entourer, il fallait s’armer de courage et surtout être aider.
J’ai fait mon service militaire comme tous les jeunes j’ai fait mes 4 mois de classes on l’on apprenait le métier de soldat.
A la fin de mes 4 mois j’avais le choix, on manquait de mineurs, et le retour a la mine étais souhaité d’autant plus que rester à l’armer, c’étais aussi aller en Algérie, ont était en pleine guerre d’Algérie, ceux qui s’en souviennent se rappellerons, l’O.A.S. le F.L.N. Les attentats,
Nous étions en 1957.
J’ai fait le choix de retourner à la mine et tout le temps que mon unité soit en Algérie, je suis rester mobilisé comme militaire mais mineur, avec les mêmes obligations, celle de ne pas être absent, et de se plier à certaine obligation, pas le droit de grève ni de revendiquer.
Mon unité a été maintenue en Algérie 24 mois, je suis rester 24 mois comme militaire mineur, j’ai été libéré en même temps que mon unité.
Je pouvais, et j’allais être libre.

medium_coron4.JPG

14:18 Publié dans la mine | Lien permanent | Commentaires (1)

05/03/2007

les corons

medium_corons.jpg
Dans les corons , (citées de mineurs ou toutes les maisons sont alignées .)
Les ménagères étaient tenus de nettoyer les abords , tout autour de l’habitations , le trottoirs etc.
Il fallait également nettoyer le caniveau , bordure du trottoir qui séparais la route du trottoir.
ils y avais par moments des crêpages de chinions entre voisins, quand celle en aval faisait son caniveau et qu’après celle en amont faisait le sien et venais salir celui plus bas.
Eh oui les rapports étaient parfois tendu entre voisins .
Le garde des mines avait résolu le problème, il venait en vélo , posais sa bécane sur le mur, ouvrais la fontaine et laisser couler l’eau ,il prenait son sifflet et sifflais dedans en prévenant les ménagères que c’était le moment de nettoyer le caniveau, toutes les ménagères sortaient avec leurs balais poussaient en amont vers l’aval l’eau et les salissures pour arriver vers le bas .
Il n’y eu plus de problème .

medium_coron1.2.JPG

18:19 Publié dans la mine | Lien permanent | Commentaires (5)

04/03/2007

l'air

Bravo Christian, c’est la réponse,
En fait, il suffit de remplir une bouteille d’eau et de la vider, l’eau en s’écoulant laisse la place a l’air.
Nous avions des récipients spéciaux, comme le montre le dessin, en cuivre, avec un robinet de chaque coté, ont les remplissait d’eau avant la descente, et ont vidais l’eau a l’endroit ou ont voulait prélever l’air, quand la totalité de l’eau était partit, l’air avait pris la place de l’eau, ont refermait les robinets et les récipients partaient au labo.
medium_l_air.2.JPG

09:53 Publié dans la mine | Lien permanent | Commentaires (2)

l'air de rien !

Je n'ai pas beaucoup d’amateur à répondre à ma question, a part Anne-Marie ? mais quand vous aller voir la réponse vous aller dire ‘’’’mais c’est bon sang mais c’est bien sur’’’’
Une petite anecdote a ce sujet, j’avais demandé à ma petite fille ? .
si je te demande d’aller a la cave me chercher de l’air, comment vas-tu t’y prendre !!
Et ma petite fille de répondre, ben je ne sais pas ou tu range ton air.
L’air de rien, elle ma bouché un coin….
je vais attendre encore un peu ! !

08:04 Publié dans la mine | Lien permanent | Commentaires (2)

03/03/2007

question ?

Petite question, et qui pourrait répondre ?

Quand j’étais galibot (apprenti mineur ) j’ai passé un moment avec le géomètre, nous devons faire des prélèvements au fond la mine, en poussières, pour les analyser, voir si, par exemple elles étaient neutralisées et qu’elle ne présentait aucun danger.
Neutraliser les poussières c’était injecter de la chaux sur les parois.
Question :Ont devais faire également un prélèvement d’air, voir la teneur en oxygène, en humidité, en poussières, en gaz etc.
On envoyait les échantillons à analyser.
D’après vous comment faire pour prendre de l’air au fond et la remonter au jour, et l’envoyer au laboratoire, il fallais être sur que tout l’air que l’on prélève soit bien prélevé au fond, il ne devait pas y avoir de doute ne serais ce qu’une infime partie d’air restant dans le récipient, pouvais nuire aux résultats, il fallait être très sérieux.
Je mettrais la réponse.

11:19 Publié dans la mine | Lien permanent | Commentaires (4)

La lampe (suite )

Ajout a la lampe de mineur.
Je montre aux élèves, l’importance de l’aération.
Je pose une bougie sur le bureau, je l’allume et je recouvre cette flamme d’un verre à boire, la flamme s’éteint, pourquoi ?
La flamme a besoin, comme nous d’oxygène pour vivre.
A la catastrophe de Courrières, un incendie s’était déclarer dans les galeries, on n'avait aucun moyen de l’éteindre, les extincteurs n’existaient pas, les points d’eau étaient trop éloignés.
Pour éteindre l’incendie on a muré la galerie de chaque coté pour arrêter l’aération, et faire comme il se passe sous le verre, supprimer l’oxygène et éteindre l’incendie.
Si la lampe a benzine, s’éteint c’est que l’endroit manque d’oxygène, et le mineur devait rejoindre un point d’aération plus important et prévenir ses supérieurs.
De la benzine ? Dans la lampe il ne fallait pas mettre n’importe quoi, sous peine de voir le verre se noircir ; pas de pétrole, pas d’essence.
Il fallait de la benzine (essence plus raffinée )
Si lampe venait à filer (flamme qui grandit )c’est qu’il y avait présence de gaz, la aussi le mineur devait partir, et prévenir.
La lampe fait un peu moins de 40 cm de hauteur, on dit que, si la lampe passe le mineur passe, il y avait des endroits ou la lampe passait difficilement, mais c’était en quelques sorte un gabarit, si ça passait sans la coucher ont pouvait y aller.
C’est pour cela que je disais, la lampe véritable amie du mineur, jusqu'à la dernière remonter, cette lampe a toujours existée.
Il y en avait toujours une a proximité, et chaque chef en avait une, j’ai été porteur de lampes de rechange, j’avais avec moi une caisse de trois lampes, si pour une raison mes lampes venaient à être utilisé j’avais l’autorisation de remonter de suite, en chercher d’autres.

08:09 Publié dans la mine | Lien permanent | Commentaires (4)

02/03/2007

La lampe du mineur

Oui c’est un peu ce que je vais raconter, la lampe du mineur ou lampe a benzine
Suite a la catastrophe, tout ce qui pouvait nuire à la sécurité devra être supprimés, et en particulier tout ce qui pourra enflammer le grisou.
Avant la catastrophe, le mineur travaillais encore a la flamme nue, seul moyen de s’éclairer.
On allait tout mettre en œuvre pour que le mineur puisse s’éclairer, mais avec une lampe complètement sécurisée.
On ne pourra l’ouvrir sans l’aide d’un électro-aimant, disponible qu’a la lampisterie, seul endroit ou a chaque descente la lampe sera vérifiée.
Le plein de benzine sera fait, les joints seront vérifiés, le verre ne montrera aucune fissure.et les deux tamis en parfait état.
A chaque descente, un ouvrier mineur contrôlera si la lampe est bien verrouillée si le verre est en bon état et si les deux tamis sont présents.
Le réservoir, avec son allume mèche, qui sera supprimé par la suite, en effet si la lampe venait à s’éteindre, il fallais que le mineur parte, si la flamme s’est éteinte s’est qu’il y avait danger, et en aucun cas donner l’envie a l’ouvrier de rallumer sa lampe.
Il y avait des raisons a laquelle la lampe pouvait s’éteindre, par le manque d’air ou la présence de grisou ou par choc.
Un mineur expérimenté pouvait dire la teneur en grisou, par seulement le comportement de la flamme.
Il y avait à des endroits des porteurs de feu, ils avaient en permanence une caisse de trois lampes de rechange.
La lampe allait rester l’ami du mineur et pendant toute la période de l’exploitation du charbon elle demeurera présente.
Maintenant c’est un objet d’art, la seule lampe tout en cuivre était celle du géomètre, en effet la présence de tout objet métallique autour de lui pouvait nuire à la mesure de ses instruments.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------
medium_DSCF2833.jpgLe réservoir,avec son allume mèche
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
medium_DSCF2835.jpg----------------------- le protege verre
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
medium_DSCF2836_edited.2.jpgLe verre baccarat tres épais avec ses deux joints en amiante
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
medium_DSCF2837.jpgles deux tamis , la présence de ses deux tamis (fin grillage) qui empèchera la flamme de passer au travers.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------
medium_DSCF2838_edited.jpgle chapeau qui vient couronner le tout avec son crochet qui servira a accrocher la lampe a la ceinture .
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
medium_DSCF2839.jpget l'ensemble démonté

14:22 Publié dans la mine | Lien permanent | Commentaires (4)

01/03/2007

mémoire

La mémoire

Je viens de remuer la mémoire avec mon jardin, mais que c’est agréable de pouvoir raconter à des gens qui ont connu cela.
Et de pouvoir échanger.
L’année dernière, je suis allé dans un lycée et j’ai raconté comme cela à 5 classes, sur deux jours, la catastrophe de Courrières.
Pendant une heure les élèves étaient accrocher à mon récit, les professeurs mon dit ça fait longtemps que je n’ai pas vu mes élèves attentifs comme cela.
Et pour vous dire que ça a plu, les professeurs d’histoires géo, mon demandé si cette année je pouvais reconduire l’expérience, cette année je vais comme cela transmettre la mémoire a 9 classes.
L’année dernière j’avais goûter au monde de l’enseignement, j’avais aspiré la récré et je m’étais promener dans la cour de récréation, j’avais regroupé autour de moi une partit des élèves qui étais devenu curieux et me posais un tas de questions.
Comme c’était agréable de se sentir comme cela rajeunis !
J’ai hâte le mois de mars et de retrouver cette ambiance.

medium_la_mine_1.2.JPG

14:20 Publié dans mémoire | Lien permanent | Commentaires (3)