logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

05/03/2007

les corons

medium_corons.jpg
Dans les corons , (citées de mineurs ou toutes les maisons sont alignées .)
Les ménagères étaient tenus de nettoyer les abords , tout autour de l’habitations , le trottoirs etc.
Il fallait également nettoyer le caniveau , bordure du trottoir qui séparais la route du trottoir.
ils y avais par moments des crêpages de chinions entre voisins, quand celle en aval faisait son caniveau et qu’après celle en amont faisait le sien et venais salir celui plus bas.
Eh oui les rapports étaient parfois tendu entre voisins .
Le garde des mines avait résolu le problème, il venait en vélo , posais sa bécane sur le mur, ouvrais la fontaine et laisser couler l’eau ,il prenait son sifflet et sifflais dedans en prévenant les ménagères que c’était le moment de nettoyer le caniveau, toutes les ménagères sortaient avec leurs balais poussaient en amont vers l’aval l’eau et les salissures pour arriver vers le bas .
Il n’y eu plus de problème .

medium_coron1.2.JPG

18:19 Publié dans la mine | Lien permanent | Commentaires (5)

04/03/2007

l'air

Bravo Christian, c’est la réponse,
En fait, il suffit de remplir une bouteille d’eau et de la vider, l’eau en s’écoulant laisse la place a l’air.
Nous avions des récipients spéciaux, comme le montre le dessin, en cuivre, avec un robinet de chaque coté, ont les remplissait d’eau avant la descente, et ont vidais l’eau a l’endroit ou ont voulait prélever l’air, quand la totalité de l’eau était partit, l’air avait pris la place de l’eau, ont refermait les robinets et les récipients partaient au labo.
medium_l_air.2.JPG

09:53 Publié dans la mine | Lien permanent | Commentaires (2)

l'air de rien !

Je n'ai pas beaucoup d’amateur à répondre à ma question, a part Anne-Marie ? mais quand vous aller voir la réponse vous aller dire ‘’’’mais c’est bon sang mais c’est bien sur’’’’
Une petite anecdote a ce sujet, j’avais demandé à ma petite fille ? .
si je te demande d’aller a la cave me chercher de l’air, comment vas-tu t’y prendre !!
Et ma petite fille de répondre, ben je ne sais pas ou tu range ton air.
L’air de rien, elle ma bouché un coin….
je vais attendre encore un peu ! !

08:04 Publié dans la mine | Lien permanent | Commentaires (2)

03/03/2007

question ?

Petite question, et qui pourrait répondre ?

Quand j’étais galibot (apprenti mineur ) j’ai passé un moment avec le géomètre, nous devons faire des prélèvements au fond la mine, en poussières, pour les analyser, voir si, par exemple elles étaient neutralisées et qu’elle ne présentait aucun danger.
Neutraliser les poussières c’était injecter de la chaux sur les parois.
Question :Ont devais faire également un prélèvement d’air, voir la teneur en oxygène, en humidité, en poussières, en gaz etc.
On envoyait les échantillons à analyser.
D’après vous comment faire pour prendre de l’air au fond et la remonter au jour, et l’envoyer au laboratoire, il fallais être sur que tout l’air que l’on prélève soit bien prélevé au fond, il ne devait pas y avoir de doute ne serais ce qu’une infime partie d’air restant dans le récipient, pouvais nuire aux résultats, il fallait être très sérieux.
Je mettrais la réponse.

11:19 Publié dans la mine | Lien permanent | Commentaires (4)

La lampe (suite )

Ajout a la lampe de mineur.
Je montre aux élèves, l’importance de l’aération.
Je pose une bougie sur le bureau, je l’allume et je recouvre cette flamme d’un verre à boire, la flamme s’éteint, pourquoi ?
La flamme a besoin, comme nous d’oxygène pour vivre.
A la catastrophe de Courrières, un incendie s’était déclarer dans les galeries, on n'avait aucun moyen de l’éteindre, les extincteurs n’existaient pas, les points d’eau étaient trop éloignés.
Pour éteindre l’incendie on a muré la galerie de chaque coté pour arrêter l’aération, et faire comme il se passe sous le verre, supprimer l’oxygène et éteindre l’incendie.
Si la lampe a benzine, s’éteint c’est que l’endroit manque d’oxygène, et le mineur devait rejoindre un point d’aération plus important et prévenir ses supérieurs.
De la benzine ? Dans la lampe il ne fallait pas mettre n’importe quoi, sous peine de voir le verre se noircir ; pas de pétrole, pas d’essence.
Il fallait de la benzine (essence plus raffinée )
Si lampe venait à filer (flamme qui grandit )c’est qu’il y avait présence de gaz, la aussi le mineur devait partir, et prévenir.
La lampe fait un peu moins de 40 cm de hauteur, on dit que, si la lampe passe le mineur passe, il y avait des endroits ou la lampe passait difficilement, mais c’était en quelques sorte un gabarit, si ça passait sans la coucher ont pouvait y aller.
C’est pour cela que je disais, la lampe véritable amie du mineur, jusqu'à la dernière remonter, cette lampe a toujours existée.
Il y en avait toujours une a proximité, et chaque chef en avait une, j’ai été porteur de lampes de rechange, j’avais avec moi une caisse de trois lampes, si pour une raison mes lampes venaient à être utilisé j’avais l’autorisation de remonter de suite, en chercher d’autres.

08:09 Publié dans la mine | Lien permanent | Commentaires (4)

02/03/2007

La lampe du mineur

Oui c’est un peu ce que je vais raconter, la lampe du mineur ou lampe a benzine
Suite a la catastrophe, tout ce qui pouvait nuire à la sécurité devra être supprimés, et en particulier tout ce qui pourra enflammer le grisou.
Avant la catastrophe, le mineur travaillais encore a la flamme nue, seul moyen de s’éclairer.
On allait tout mettre en œuvre pour que le mineur puisse s’éclairer, mais avec une lampe complètement sécurisée.
On ne pourra l’ouvrir sans l’aide d’un électro-aimant, disponible qu’a la lampisterie, seul endroit ou a chaque descente la lampe sera vérifiée.
Le plein de benzine sera fait, les joints seront vérifiés, le verre ne montrera aucune fissure.et les deux tamis en parfait état.
A chaque descente, un ouvrier mineur contrôlera si la lampe est bien verrouillée si le verre est en bon état et si les deux tamis sont présents.
Le réservoir, avec son allume mèche, qui sera supprimé par la suite, en effet si la lampe venait à s’éteindre, il fallais que le mineur parte, si la flamme s’est éteinte s’est qu’il y avait danger, et en aucun cas donner l’envie a l’ouvrier de rallumer sa lampe.
Il y avait des raisons a laquelle la lampe pouvait s’éteindre, par le manque d’air ou la présence de grisou ou par choc.
Un mineur expérimenté pouvait dire la teneur en grisou, par seulement le comportement de la flamme.
Il y avait à des endroits des porteurs de feu, ils avaient en permanence une caisse de trois lampes de rechange.
La lampe allait rester l’ami du mineur et pendant toute la période de l’exploitation du charbon elle demeurera présente.
Maintenant c’est un objet d’art, la seule lampe tout en cuivre était celle du géomètre, en effet la présence de tout objet métallique autour de lui pouvait nuire à la mesure de ses instruments.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------
medium_DSCF2833.jpgLe réservoir,avec son allume mèche
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
medium_DSCF2835.jpg----------------------- le protege verre
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
medium_DSCF2836_edited.2.jpgLe verre baccarat tres épais avec ses deux joints en amiante
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
medium_DSCF2837.jpgles deux tamis , la présence de ses deux tamis (fin grillage) qui empèchera la flamme de passer au travers.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------
medium_DSCF2838_edited.jpgle chapeau qui vient couronner le tout avec son crochet qui servira a accrocher la lampe a la ceinture .
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
medium_DSCF2839.jpget l'ensemble démonté

14:22 Publié dans la mine | Lien permanent | Commentaires (4)

02/12/2006

sainte Barbe

quelques photos de l'année derniere
medium_st_barbe_004.jpg
aussi la fete pour les soldats du feu
medium_st_barbe2_013.jpg
les caméras de TF 1 Et de FR 3
medium_st_barbe_012.jpgmedium_marcel.jpg
Moi meme en récitant un des poémes en chti de la sainte barbe
medium_st_barbe_expo.jpg

11:30 Publié dans la mine | Lien permanent | Commentaires (1)

29/11/2006

la sainte barbe

C’est le 4 décembre, que quelques irréductibles anciens mineurs font revivre la sainte barbe, la mémoire des anciens,
Par une messe en patois, et en souvenir de ceux qui par le passé ont chanté et fêter la sainte barbe, il y aura cette journée des témoignages d’anciens qui viendront réciter en patois des poèmes, et réciter le notre père et le je vous salut marie en patois comme le disais nos anciens.
L’année dernière quelle fut notre surprise de voir les caméras de TF 1 et France 3 venir filmer, la messe, et le briquet (casse croûte du mineur ) tartine de saint doux, et café (goûte ed’ jus.
Cette année rendez-vous au 4 de Lens, comme tous les ans a 10 h 00 pour cette commémoration, l’après midi on continuera, par des chants, des récits d’anciens mineurs qui viendront raconter, il y aura des jeunes qui ont préparé une exposition sur la mine et les mineurs, ils tenteront d’échanger, les souvenirs. , De savoir comment était la Jeunesse de ce temps la.
De la tarte, des gâteaux serons aussi la pour être partager.
L’exposition de la commission histoire de Lens du comité des sages, sur la catastrophe de Courrières vu par « le petit journal » de l’époque, journal parisien qui relataient en 1906, la catastrophe de Courrières.
Ce sera un émouvant moment, je prendrais des Photos, que je mettrais sur mon blog pour vous en faire partager.
Seulement une petite pensée a nos anciens, a ceux qui tant donné.

22:13 Publié dans la mine | Lien permanent | Commentaires (3)

la sainte Barbe

Sainte - Barbe
Sainte - Barbe est traditionnellement fêtée le 4 décembre

HISTOIRE DE LA SAINTE - BARBE

Sainte - Barbe aurait vécu au milieu du III ème siècle à Nicomédie en Asie Mineure, aujourd'hui Izmit, un port de Turquie. Son père, un riche païen du nom de Dioscore, veut la protéger des assauts de prétendants trop entreprenants. Il l'enferme dans une tour. Au retour d'un voyage, sa fille lui apprend qu'elle est chrétienne. Furieux, le père met le feu à la tour. Barbe réussit à s'enfuir et se réfugie dans les rochers des environs. Un berger découvre la cachette et avertit son père. Ce dernier la traîne devant le gouverneur romain de la province qui la condamne à d'affreux supplices. Comme la fille continue à invoquer le Christ, le gouverneur ordonne au père de trancher lui-même la tête de sa fille. Son père la décapite et fut aussitôt châtié par le Ciel, Dioscore meurt frappé par la foudre.

LEGENDE DE SAINTE - BARBE

Sainte - Barbe protège contre la foudre, la mort subite et donc contre le fameux coup de grisou. Elle est ainsi la sainte patronne des mineurs mais aussi de plusieurs corporations devant affronter le feu : les pompiers, les artificiers, les artilleurs.

13:39 Publié dans la mine | Lien permanent | Commentaires (1)

26/11/2006

le charbon ( suite 5 )

Quelques grandes dates : - en 1882 et e 1885 à Liévin : coup de grisou, respectivement 22 et 28 victimes... - en 1895 à Montceau les mines , coup de grisou ( 50 victimes ) - 10 mars 1906 ,la catastrophe de Courrières : Plus de soixante km. de veines souterraines de Sallaumines à Billy sont traversées par un incendie meurtrier : 1181 morts et 14 rescapés seulement après 20 jours sous la terre ... - au printemps 1906 , s'en suivra une grande grève : dans un climat de guerre civile, Clémenceau envoie la troupe , 21.000 soldats en face de 60.000 mineurs. le mouvement est brisé par la force et c'est un échec. - en 1912 : coup de grisou à La Clarence Divion : ( 79 morts ) - en 1917 : Fosse 9 de Barlin : coup de grisou ( 42 morts ) - en 1954, le 20 juin à La Clarence- Divion : coup de grisou, ( 10 morts ) - en 1955 : un exploit de la télévision révèle à des milliers de Français " : LA VIE HÉROÏQUE DES MINEURS DE FOND - Septembre 1959, le général de Gaulle descend dans la mine. Il prononce un discours qui ira droit au cœur des quelque 6 000 mineurs qui l’écoutent sur le carreau du 6 d’Haillicourt dans le Nord-Pas-de-Calais. Peu avant, le chef de l’état était descendu au fond. Cela ne s’était pas vu depuis 1914 et Raymond Poincaré qu’un président de la République prenne la cage étroite du mineur. L’année suivante, le plan signé de son ministre de l’Industrie est une véritable révolution culturelle de la politique charbonnière française. La récession a commencé. Elle aboutira, après quelques soubresauts, au pacte charbonnier de 1994. - en 1974, le 27 décembre, au 3 bis de Liévin , coup de grisou ( 42 morts )... Ces dates ne sont malheureusement que quelques exemples des nombreuses tragédies qui ont endeuillées l'histoire de la mine dans notre région : éboulements, accidents, coup de grisou et sans oublier la terrible maladie professionnelle , la silicose qui guette les mineurs.

13:35 Publié dans la mine | Lien permanent | Commentaires (2)